Accueil / Les fiches SantéBD / Urgence, Hôpital / L’anesthésie générale – La consultation

L’anesthésie générale – La consultation

Comment se passe la consultation avec l’anesthésiste ? Vous devez vous faire opérer ou recevoir des soins sous anesthésie générale ? Vous accompagnez quelqu’un pour une intervention chirurgicale ? Vous avez une consultation avec l’anesthésiste et vous voulez en savoir plus ?   Dans(...)
Lire la suite

Comment se passe la consultation avec l’anesthésiste ?

Vous devez vous faire opérer ou recevoir des soins sous anesthésie générale ? Vous accompagnez quelqu’un pour une intervention chirurgicale ? Vous avez une consultation avec l’anesthésiste et vous voulez en savoir plus ?

 
Dans cette BD, découvrez à quoi sert l’anesthésie générale et quelles les questions que l’anesthésiste va vous poser pour préparer au mieux l’opération chirurgicale.

A quoi sert l’anesthésie générale ?

L’anesthésie permet de réaliser des opérations chirurgicales, des examens ou des soins : la personne anesthésiée ne ressent plus aucune douleur ou sensation et elle est inconsciente. Elle n’entend rien, ne voit rien, ne sent rien et elle n’a pas mal.

 
L’anesthésie peut être générale ou locorégionale.

 
Pour ce faire, des produits puissants sont injectés, visant à :

  • • supprimer toute sensation ou douleur (produits analgésiques) ;
  • • relâcher tous les muscles pour que le corps reste entièrement immobile (produits curares) ;
  • • rendre la personne inconsciente (produits hypnotiques).

Quelle est la différence entre une anesthésie générale et une anesthésie locale ?

L’anesthésie générale concerne le corps entier : la personne est complètement inconsciente et ne ressent plus rien. L’anesthésie locorégionale concerne une zone du corps particulière. La personne reste consciente mais ne ressent plus aucune sensation au niveau de la zone anesthésiée (un membre, le visage, les dents, les membres inférieurs…).

Qu’est-ce que la réanimation ?

La réanimation rassemble toutes les techniques pour prendre en charge un patient dans le cadre d’une maladie grave et aigüe : choc hémorragique, coma, hypoglycémie, septicémie (due à un virus ou une bactérie), embolie pulmonaire, acidose, hypoxie, etc.

Comment un patient anesthésié se réveille-t-il ?

Le réveil d’une anesthésie générale est la transition entre l’état de sommeil inconscient dans lequel se trouve un patient anesthésié et le retour à la normale et à la conscience. C’est une transition entre dépendance et autonomie. C’est le rôle le du médecin anesthésiste-réanimateur de monitorer l’injection des produits curares, hypnotiques et analgésiques de sorte que le patient se réveille lorsque l’intervention est terminée.

Qui est le médecin anesthésiste-réanimateur ?

Le médecin anesthésiste-réanimateur est le médecin qui vous reçoit lors de la consultation préanesthésique, lors de la visite préanesthésique, qui vous endort et qui vous réveille le jour de l’opération.

 
Il a fait au minimum 10 ans d’études (dont 3 ans d’externat et 4 ans d’internat).

 
Il travaille en coopération avec toute l’équipe médicale : chirurgien, infirmière ou infirmier et technicien de salle d’opération.

 
Il peut exercer à l’hôpital public, en établissement privé d’intérêt collectif, en clinique privée ou en libéral.

Qui est l’infirmier anesthésiste ?

L’infirmier anesthésiste est spécialiste de l’anesthésie, de la réanimation et de la médecine d’urgence. Il travaille avec le médecin anesthésiste-réanimateur et toute l’équipe médicale (chirurgien, technicien de bloc opératoire…) pour les opérations chirurgicales sous anesthésie, mais aussi au service d’accueil d’urgence, en salle de surveillance postopérationnelle et pour la radiologie interventionnelle.

 
La formation d’infirmier dure 3 ans et la spécialisation dure 1 an.

 
Il peut pratiquer à l’hôpital public, en établissement privé d’intérêt collectif, en clinique privée ou en libéral.

A quoi sert la consultation préanesthésique ?

La consultation préanesthésique sert à évaluer l’état de santé du patient, à anticiper d’éventuels problèmes qui pourraient arriver et à vous expliquer comment l’opération va se dérouler. Seul le médecin anesthésiste-réanimateur peut vous recevoir pour cette consultation. Il s’agit de l’examen de votre dossier, d’un interrogatoire et d’un examen physique.

 
Le médecin anesthésiste-réanimateur vous demande votre poids, votre taille et si vous fumez des cigarettes ou du cannabis. Il vous interroge sur vos antécédents médicaux, chirurgicaux, anesthésiques et familiaux, sur vos traitements en cours, vos allergies, vos éventuels problèmes cardiaques ou respiratoires, la présence d’un asthme… Si vous avez déjà eu une anesthésie, il vous demande s’il y a eu des problèmes : réaction allergique, complications au réveil comme des nausées ou des vomissements.

 
Puis le docteur ausculte le patient pour évaluer son état cardiaque et pulmonaire. Il vérifie que les veines sont en bon état, que le cou est mobile et que la bouche peut bien s’ouvrir. Il prend la tension artérielle, le pouls et vérifie l’état des dents. Ces vérifications sont importantes en vue de l’intubation intratrachéale qui sera réalisée durant l’anesthésie.

 
En fonction de ces informations, le médecin anesthésiste-réanimateur peut vous demander de réaliser des examens complémentaires pour répondre à d’autres questions comme un électrocardiogramme ou une prise de sang par exemple. Il sera alors nécessaire de consulter un médecin spécialiste (ophtalmologue, gynécologue, cardiologue, pneumologue, etc.). La prescription d’examens complémentaires n’est pas du tout systématique.

 
Il vous dit également si vous devez arrêter vos traitements en cours ou non. Vous ne devez pas arrêter de prendre vos médicaments sans avis médical.

 
Enfin, le médecin vous explique comment va se passer l’anesthésie et vous donne toutes les consignes que vous devrez appliquer avant l’anesthésie, notamment en ce qui concerne ce que vous pouvez boire et manger. Le docteur détaille la technique anesthésique la plus appropriée dans votre cas et les risques liés à l’anesthésie.

 
Si l’anesthésie concerne un enfant, il est souhaitable qu’un adulte soit présent. En effet, pratiquer une anesthésie sur un mineur requiert l’autorisation écrite de ses parents ou de son tuteur légal.

 
Le dossier médical (ou le Dossier Médical Partagé si le patient en a un) doit contenir le compte rendu écrit de la consultation préanesthésique ainsi que l’identité du médecin anesthésiste-réanimateur qui a réalisé la consultation.

La consultation préanesthésique est-elle obligatoire ?

Oui, la consultation préanesthésique est obligatoire. Elle est cependant impossible lorsqu’il s’agit d’une intervention chirurgicale (et donc d’une anesthésie) en urgence, notamment si le patient est inconscient.

Quand la consultation préanesthésique doit-elle avoir lieu ?

La consultation préanesthésique doit avoir lieu entre 3 mois et 48 heures avant la réalisation de l’anesthésie, qu’il s’agisse d’une anesthésie générale ou locorégionale. Dans l’idéal, elle doit être fixée une à 2 semaines avant l’intervention.

Combien de temps dure la consultation préanesthésique ?

La consultation préanesthésique dure entre 20 minutes et 1 heure, en fonction de l’état du patient et du type de chirurgie prévue. Si le patient est dans un état sévère et que l’opération s’annonce complexe, la consultation devra durer plus longtemps.

Le docteur rencontré lors de la consultation préanesthésique est-il celui qui va m’endormir ?

Non, le médecin anesthésiste-réanimateur qui vous accueille lors de la consultation préanesthésique n’est pas nécessairement celui qui vous endormira lors de votre opération chirurgicale.

Qu’est-ce que la visite préanesthésique ?

La visite préanesthésique permet au médecin de s’assurer qu’aucun changement n’a eu lieu depuis la consultation préanesthésique et de regarder les résultats des examens complémentaires qui ont été prescrits lors de cette consultation.

 
Contrairement à la consultation préanesthésique qui peut se dérouler avec n’importe quel médecin anesthésiste-réanimateur, la visite préanesthésique doit avoir lieu avec le médecin qui va effectivement réaliser l’anesthésie.

La visite préanesthésique est-elle obligatoire ?

Non, la visite préanesthésique n’est pas obligatoire. Ne vous inquiétez si vous n’en avez pas de prévue !

Quels documents apporter pour la consultation avec l’anesthésiste ?

Pour votre consultation préanesthésique, vous devez amener votre carte vitale, votre carnet de santé, vos ordonnances et vos résultats d’examens (IRM, radio, scanner, mammographie, échographie, analyses de sang…).

Puis-je venir accompagné à la consultation préanesthésique ?

Oui, il est autorisé d’être accompagné d’un proche lors de la consultation préanesthésique. C’est rassurant pour bon nombre de personnes qui savent qu’elles peuvent compter sur leur accompagnant pour retenir les informations ou poser les bonnes questions. On est parfois davantage à l’aise lorsque l’on n’est pas seul.

 
La consultation préanesthésique permet aussi d’instaurer une relation de confiance avec le médecin anesthésiste-réanimateur, même si ce dernier n’est pas systématiquement celui qui va réaliser l’anesthésie. Cette relation de confiance est essentielle pour être serein le jour de l’opération.

 
Par ailleurs, si la personne qui va être anesthésiée est un enfant, la présence d’un adulte est souhaitable.

Qu’est-ce que le consentement ?

Donner son consentement signifie donner son accord. Le docteur doit recueillir le consentement libre et éclairé avant tout acte médical, comme une chirurgie sous anesthésie par exemple.

 
Pour donner votre consentement à une anesthésie, il est nécessaire que le médecin anesthésiste-réanimateur vous donne un certain nombre d’informations :

  • • la technique d’anesthésie sélectionnée ;
  • • les approches d’analgésies postopératoires disponibles, c’est-à-dire les moyens de supprimer la douleur après l’opération ;
  • • les risques prévisibles liés à l’anesthésie ;
  • • les raisons pour lesquelles le médecin anesthésiste-réanimateur pourrait débuter une anesthésie générale alors que vous étiez sous anesthésie locorégionale ;
  • • les raisons pour lesquelles la technique anesthésique pourrait être modifiée ;
  • • les situations dans lesquelles il faudrait réaliser une transfusion sanguine, en cas de chirurgie potentiellement hémorragique.

Qu’est-ce que la personne de confiance ?

La personne de confiance est une personne que l’on désigne pour être accompagné et assisté dans les démarches concernant la santé. Elle a aussi pour rôle d’exprimer les volontés du patient si celui-ci n’est plus en capacité de s’exprimer. La personne peut ainsi témoigner des directives anticipées du patient.

 
Il n’est pas obligatoire d’avoir une personne de confiance.

Qu’est-ce que la prémédication ?

La prémédication sert à réduire l’anxiété avant une intervention chirurgicale. Il s’agit de médicaments à prendre avant l’opération.

 
Ils ont co-construit cette BD :

  • • La Société Française d’Anesthésie et de Réanimation (SFAR)